Litteramath

Les mathématiques par le récit

Accueil > Annuaire des ouvrages > Trop de bonheur

Biographie romancée - Nouvelle

Trop de bonheur

d’Alice MUNRO

samedi 16 octobre 2021, par AB, MB

La trop courte vie de Sofia Kovalevskaïa (1850 – 1891) racontée par un prix Nobel de littérature. L’auteure décrit les trois derniers jours de la mathématicienne russe avec des retours sur d’autres moments importants.

Trop de bonheur
Auteure : Alice MUNRO
Titre du recueil : Trop de bonheur
Éditions de l’Olivier, 320 pages, 2013 (broché)
Points, 408 pages, 2014 (poche)
Existe en format numérique

Genre : biographie romancée
Public : lycéens et adultes

Les trois derniers jours de la vie de Sofia Kovalevskaïa (1850 – 1891)

La nouvelle Trop de bonheur est la dernière du recueil éponyme d’Alice Munro, écrivaine canadienne, prix Nobel de littérature en 2013. Dans une note, à la fin du texte, elle précise avoir découvert Sofia Kovalevskaïa par hasard dans l’Encyclopedia Britannica. C’est la double casquette de la mathématicienne, également romancière qui éveilla son intérêt et la conduisit à lire tout ce qu’elle pu trouver sur Sofia, y compris des lettres et extraits de journaux intimes, traduits du russe, dont elle a pu se procurer des copies.
La nouvelle raconte les trois derniers jours de Sofia Kovalevskaïa (Sophie Kovalevski, en France) avec des retours sur les instants marquant de sa vie : sa rencontre avec Karl Weierstrass qui accepte d’être son professeur, son mariage (blanc) pour pouvoir quitter la Russie et aller étudier à l’étranger, la chaire de mathématiques qui lui est attribuée à l’université de Stockholm avec l’aide de Mittag-Leffler, le prix Bordin qu’elle remporte…

La tragédie de Sofia est sans doute, de ne pouvoir accéder au bonheur que trop tard, mais aussi la passion pour les mathématiques, qui est si peu accessible aux femmes de son époque. L’auteure, dans un récit plein d’humanité et de tendresse, donne la parole à son héroïne pour parler de mathématiques : « Bien des gens qui n’ont pas étudié les mathématiques les confondent avec l’arithmétique et les considèrent comme une science austère et aride. Alors qu’en fait, c’est une science qui requiert beaucoup d’imagination. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.